Nos valeurs

Puiser dans nos héritages

Nous proposons de réunir des hommes et des femmes qui, au nom de leur foi, de leur attachement à l’Etat démocratique, ou simplement de leur confiance en l’Homme, ont le même souhait de se mettre avec bonne volonté au service du vivre ensemble.

 

Nos héritages, individuels et collectifs, sont une richesse… à condition de les utiliser comme un appui pour progresser, et non comme un immuable socle de références.

 

Ce ne sont pas les nostalgies du passé, mais les enseignements tirés de ce que d’autres femmes et hommes ont bâti de positif avant nous, qui nous projettent vers un avenir solidaire. 



Accueillir nos fragilités

Nous sommes convaincus que le sens premier de la vie humaine ne peut s’appréhender en fonction de nos seules aptitudes, compétences ou performances.

 

L’Homme aspire avant tout au bonheur, qui passe par le fait d’aimer et d’être aimé… première source d’épanouissement. Ceci se réalise en rencontrant l’autre dans ce qu’il a de singulier, de beau, et aussi de fragile.

 

Les personnes en situation de handicap nous rappellent à ce sens profond de notre condition humaine.

Le Grain de Blé porte particulièrement le souci de celles et ceux qui sont fragilisés par un handicap. Ceux-ci ont droit à une attention bienveillante qui ne les considère pas comme une charge pour la collectivité, mais bien comme des hommes et des femmes ayant leur rôle à jouer, quelque chose à apporter au monde. C’est pourquoi nous voulons les accompagner à devenir ou à demeurer pleinement acteurs de leur vie.


Oser la fraternité

Nous voulons croire qu’un esprit d’amitié, de convivialité, de compréhension est possible entre tous.

 

La fraternité est une valeur d’universalité qui ramène à la nécessité d’être attentif à chacun : son prochain, son voisin, celui qui est différent.

Le Grain de Blé veut témoigner de cette fraternité possible, dans un climat chaleureux, familial, où nous veillons autant que possible à prendre soin les uns des autres, avec une authentique et saine compassion. 

 

L’esprit de compassion et de charité dont nous parlons, ce n’est ni la pitié ni l’assistanat, mais le regard de compréhension et de profonde bienveillance… car nous considérons que la "bientraitance" ne suffit pas.

 

Les professionnels, les bénévoles et les personnes accompagnées veillent à garder une juste proximité. Chacun doit être à sa place, tenant pleinement son rôle, mais en cherchant à nouer autant que possible une relation de sympathie avec l’autre et non de pouvoir sur lui. 

 

Le caractère familial de notre projet réside dans la dimension restreinte de nos structures et de nos effectifs, ainsi que dans les relations durables qui se nouent entre les uns et les autres. Il ne s’agit pas de remplacer la famille, mais de l’ouvrir sur de nouvelles rencontres.


Se reconnaître

Reconnaître l’autre, c’est lui dire ou lui faire ressentir : « Oui, tu comptes ! Tu as ta place parmi nous. »

 

Nous devons veiller au respect de la dignité de tout homme, a fortiori lorsque celui-ci est moins en mesure de se protéger seul.

 

Il s’agit autant de respecter la place, l’intégrité et les droits des personnes en situation de handicap, que de reconnaître leur valeur inestimable, égale à toute vie humaine…

 

Chacun est accueilli pour ce qu’il est, dans sa singularité et sa totalité. Nous ne le résumons pas à ses limites ou à ses défauts. Nous ne les occultons pas non plus et nous devons pouvoir en parler sereinement, à travers toutes les dimensions de sa vie.

 

Reconnaître l’autre dans son humanité, implique de prendre en compte sa vie corporelle, intellectuelle, affective, psychique et spirituelle.

 

Ainsi, nous reconnaissons en premier lieu son identité de sujet, ses talents, ses aspirations, sa capacité à révéler ce qu’il a de meilleur en lui et qu’il peut faire grandir pour lui-même et pour les autres.


Vivre le partage

En cours de construction.